droit a la deconnexion

Depuis l’entrée en vigueur de la Loi El Khomri dite Loi Travail au 1er janvier 2017, toute entreprise de plus de 50 salariés est tenue de négocier le droit à la déconnexion, facile à dire, mais c’est quoi le droit à la déconnexion ?

 

Définition du droit à la déconnexion

 

Aujourd’hui on parle beaucoup du bien-être au travail et de la nécessité pour les salariés d’être déconnectés après les horaires de bureau. En effet, un salarié qui est sollicité par e-mail tard dans la soirée ou pendant le week-end n’est jamais déconnecté et peut donc très vite souffrir de troubles de type psycho-sociaux, qui peuvent aller jusqu’au burn out.

C’est fort de cette réflexion qu’a été inscrit dans le code du travail le droit à la déconnexion avec le nouvel article L. 2242-8 alinéa 7. Ce petit texte de quelques lignes seulement est de toute importance, et il est à noter que la France est le premier pays au monde (!) à définir ainsi légalement cette notion de droit à la déconnexion.

Que dit le texte ? Dans le cadre de la négociation annuelle sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et la qualité de vie au travail (elle aussi introduite avec la loi El Khomri), les entreprises de plus de 50 salariés échangent avec les partenaires sociaux en vue d’un accord. Il n’y a pas d’obligation d’accord mais dans ce cas il sera nécessaire d’établir une charte qui définira les modalités d’exercice du droit à la déconnexion. À noter que la négociation est obligatoire et des sanctions pénales allant jusqu’à un an d’emprisonnement et 3.750 euros d’amende sont prévues en cas d’infraction. Cette charte modifie de fait le règlement intérieur de l’entreprise. Le ton est donné, par contre la loi ne donne aucun mode d’emploi précis, chaque entreprise se doit d’appliquer la loi selon ses propres exigences.

La mise en place du droit à la déconnexion.

 

C’est le moment de mettre autour de la table le management, la direction RH et la DSI pour des ateliers qui vont avoir comme objectif de définir quel type de déconnexion souhaite mettre en place la société, on peut sans doute aujourd’hui en identifier deux typologies :

type A : La ligne dure: qui vise, au travers d’instruments techniques à réguler voire empêcher l’utilisation des ordinateurs et smartphones hors des heures de travail. Il existe une panoplie de solutions, on pourra au choix avertir l’utilisateur avec des alertes sur les terminaux, contrôler à distance les connexions, ou carrément bloquer les serveurs de messagerie passée une certaine heure et le week-end.

type B : La sensibilisation et la formation des salariés afin qu’ils « s’autorégulent » chacun selon son rythme et ses besoins, en mettant en œuvre des bonnes pratiques et parfois simplement un peu de bon sens. On mettra dans cette catégorie le fait de mettre son smartphone pro en silencieux pendant les réunions et une fois sorti du bureau, limiter les « répondre à tous », limiter les e-mails en général au profit d’une communication plus directe et humaine. L’engagement des managers et dirigeants est fondamental dans cette approche, ils se doivent de donner l’exemple.

Un vrai projet d’entreprise – méthodologie

 

Que vous choisissiez l’une ou l’autre des approches, voici ci-dessous une méthodologie simple que vous pouvez appliquer afin d’implémenter avec succès le droit à la déconnexion.

 

1. L’Audit – comment les salariés utilisent-ils les outils numériques aujourd’hui ?

 

Faites l’état des lieux et cartographiez le comportement des salariés à un instant T.  Vous pourrez ainsi segmenter les groupes d’utilisateurs en différents lots et adapter les modalités d’application.

 

2. Définition des indicateurs clés afin de mesurer le succès du projet

 

Grace au diagnostic vous définirez les indicateurs clés de suivi de l’implémentation du droit à la déconnexion. C’est bien connu, les objectifs doivent être mesurables. Ces KPIs iront par exemple du % d’e-mails reçus et envoyés hors des heures de travail, au calcul de l’amplitude horaire maximale (pendant combien d’heures par jour les salariés sont-ils actifs sur leurs e-mails).

 

3. L’accompagnement durant la mise en œuvre de la démarche

 

Une fois les KPIs définis, place maintenant à l’accompagnement des salariés, pensez à prévoir des ateliers ou des formations afin de maximiser la compréhension et l’adoption. Les managers auront un rôle clé, il est important d’identifier aussi les ambassadeurs du changement, ces salariés qui vont en premier adopter les dispositions de l’accord ou de la charte, et influencer leurs communautés de collègues les plus proches.

 

4. Mesure de l’adoption et amélioration continue

 

Ça y est, vous avez rédigé votre charte et mis en place des dispositions afin de réguler ou contraindre l’utilisation des outils numériques hors des plages horaires, vous devez maintenant mesurer l’adoption et l’application des dispositions. Pour cela mettez en place des tableaux de bord d’analyse de vos KPIs grâce auxquels vous pourrez facilement identifier de nouveaux plans d’actions.  Les tableaux de bord RH d’audit4mail répondent tout à fait à ce besoin, s’agissant d’un outil d’analyse qui récolte les données de vos serveurs d’e-mails et qui les présente sous forme de graphiques et tableaux.

L’implémentation du droit à la déconnexion doit être un projet prioritaire et une opportunité pour garantir le bien-être des salariés. Finissons-en avec le slogan « l’e-mail est mort », non, l’e-mail reste un valide outil de communication s’il est utilisé de manière saine et responsable.

Vous souhaitez voir en pratique comment implémenter le droit à la déconnexion avec les tableaux de bord RH d’audit4mail ?

 

Je découvre les tableaux de bord RH

 

Vous avez trouvé ce contenu utile ? Revenez vite sur notre site ou inscrivez-vous à la newsletter pour ne perdre aucun article et événement de move4ideas.

 




01f51cb07a980417beac92276d49caa866666